mercredi 30 novembre 2016

L'encoche en bec ou "beak notch"

En Bushcraft, l'utilisation du bois pour réaliser divers ustensiles est partie intégrante de la pratique. L'encoche en bec (beak notch) est simple à réaliser et revêt de multiples applications : piquet de tente, déclencheur de piège, suspenseur pour le feu de camp. Cette sculpture fine doit permettre à une "dent" de bois de venir mordre une surface plane pour y tenir en équilibre. C'est également un excellent moyen de retenir une cordelette de tarp.

Dans cet article, vous pourrez suivre les étapes pour réaliser des piquets de tente.

Nous aurons besoin d'une branche de noisetier verte d'environ 60 centimètres. Pour couper proprement une branche de noisetier, plier le rejet à sa base et inciser selon un angle aigu. La torsion du bois facilite l'enfoncement de la lame.



En orientant la lame du couteau vers le côté (jointure du pouce et de l'index), creuser le milieu de la branche sur toute sa circonférence. On utilise ainsi une prise forte qui permet de creuser profondément tout en gardant le contrôle de la lame, on travaille au niveau de la poitrine en écartant les bras.


Le milieu étant creusé, il devient possible de casser en deux notre branche pour obtenir deux piquets. On peut peaufiner les têtes de piquets en les arrondissant, cela les rendra plus résistantes à la percussion d'un maillet lorsqu'il s'agira de les planter dans le sol. Les chocs risquent en effet de faire éclater le bois en écartant les fibres, voie royale pour le pourrissement rapide de vos piquets.

Tailler les extrémités opposées en pointes d'environ 15 centimètres.

Réaliser une incision en X grâce à un bâtonnage léger à environ 15 centimètres de la tête du piquet. J'essaye d'enfoncer la lame au maximum sur 1/3 de l'épaisseur de la branche.






Il s'agit désormais de sculpter une dent du côté de la tête du piquet. Pour ce faire, enlever progressivement de la matière de chaque côté du X. Sur la photo, j'utilise mon pouce pour travailler avec force tout en gardant le contrôle de ma lame. Il faut préserver la dent. Davantage de bois peut être enlevé de la partie inférieure, en remontant vers l'un des côtés de la dent en V.








Pour parfaire le travail, on peut venir couper verticalement en suivant les côtés de la dent en V. Cela permet de nettoyer la réalisation et d'en extraire les fibres de bois anarchiques.


La dent en elle-même, pour accroître son efficacité, pourra être sculptée de sorte que son arête remonte vers le sommet du piquet à mesure qu'elle s'enfonce dans le bois.                              






Encoche en bec terminée mais à nettoyer en son centre.






 Une fois terminée, la dent vient mordre les surfaces planes qu'on lui présente.
Cette encoche en bec est à la base de réalisations très simples comme le suspenseur de bouilloire pour le feu de camp ou les piquets de tente qui facilitent l'ancrage du tarp. 

Suspenseur et bouilloire  © Spixiz




Depuis un petit moment et pour cet article, j'utilise une modification du couteau "pisteur" réalisé par Pierre-Elie Gaspin (theoutdoorway.fr). Pour découvrir son superbe travail, écoutez son interview ou rendez-vous sur son site.




dimanche 30 octobre 2016

Comment nouer une drisse à déploiement rapide

Après une bonne nuit passée à la fraîche, il est temps de lever le camp...

Un tarp, ça se plie soigneusement mais surtout, il faut éviter d'emmêler les cordelettes. Une drisse à déploiement rapide facilite le rangement et l'utilisation directe de la corde puisqu'il suffit de tirer dessus pour tout dérouler.


Un tarp au petit matin

Combien de temps perdez-vous avec des cordelettes mal nouées, emmêlées, enchevêtrées ? Gardez à l'esprit que ce n'est pas le rangement qui doit être fait dans l'urgence mais plutôt le déploiement. Il vaut mieux perdre quelques instants à ranger de façon soigneuse son abri plutôt que de galérer à dénouer des cordelettes sous une pluie battante pendant un quart d'heure. Votre nuit n'en sera que plus confortable.

Voici un moyen pour garder vos cordelettes bien organisées et votre tarp bien rangé. Oui, cela demande du temps au départ, avec l'entraînement, une drisse peut être réalisée en moins d'une minute. Si votre tarp compte 6 cordelettes, cela demandera donc, grosso modo, un effort de 6 minutes...

La drisse terminée ressemble à un petit fagot de corde soigneusement disposée en huit et présente en son milieu un enroulement serré. Une extrémité de la cordelette est liée au tarp, l'autre reste libre.

La drisse est un petit fagot de cordelette soigneusement noué.

Pour dérouler la cordelette, il suffit de tirer sur l'extrémité liée au tarp.


Cette réalisation est extrêmement simple, elle demande seulement un peu de soin et de temps. S'il est tentant de replier son tarp en laissant les cordes en bazar, cette méthode vous fera au final perdre du temps puisqu'il faudra toujours démêler les nœuds et enchevêtrements avant de pouvoir déployer son tarp et installer son camp.

La drisse à déploiement rapide demande un peu de temps pour être réalisée mais elle se défait en un clin d’œil.

Pour commencer, dérouler l'ensemble de la corde de sorte qu'elle soit facilement manipulable et qu'il n'y ait aucun nœud dessus. Fermer la main en un poing puis déplier le pouce et l'auriculaire.


Il va falloir enrouler la cordelette pour former un huit entre le pouce et l'auriculaire en serrant suffisamment pour que l'ensemble se maintienne. On place la main au plus près du tarp et l'on ramène ainsi l'extrémité libre.

Enroulement en huit.

Lorsqu'il ne reste plus qu'une trentaine de centimètres de corde, on poursuit l'enroulement en huit vers le tarp, on contourne le pouce et au lieu de venir contourner l'auriculaire, on sort les doigts de leur carcan.

Tout en maintenant la structure de la drisse, on viendra enrouler la corde en partant de la boucle la plus éloignée du tarp et en remontant le long du huit. Cet enroulement doit être le plus serré possible pour maintenir l'ensemble de la corde sans qu'elle ne puisse se défaire autrement que par intervention humaine.

Un enroulement serré garantira le maintien de la drisse

Vient la partie la plus technique...
Il va falloir venir placer l'extrémité libre de la cordelette dans l'une des boucles. Mais pour éviter que cela ne forme un noeud, il faut bien choisir sa boucle de verrouillage... Voici comment :

Maintenir la drisse d'une main et tirer sur la cordelette reliée au tarp, on verra une boucle de la drisse se resserrer.

L'une des boucles se resserre (à droite de mon pouce, au dessus de la jointure de mes phalanges d'index)

Cette boucle est donc reliée à la cordelette liée au tarp, elle va nous indiquer également de quelle boucle opposée elle dépend. Pour cela, tirer sur les côtés de celle-ci, un côté est relié au tarp, l'autre viendra resserrer un boucle de l'autre côté de l'enroulement central.

Une boucle du côté opposé se resserre (en dessous de l'ongle de mon pouce droit)

C'est dans cette boucle resserrée que l'on viendra passer l'extrémité libre de la cordelette, cela permettra un déploiement sans anicroche.

L'extrémité libre passe dans la boucle identifiée

On viendra reprendre la boucle précédente pour verrouiller l'extrémité libre de façon serrée.

La boucle est resserrée pour verrouiller l'extrémité de corde libre


La drisse est verrouillée

Nous voici donc avec une drisse à déploiement rapide verrouillée et fonctionnelle. Soignons un peu le travail en donnant un aspect plus régulier. Rien de plus simple, puisque la boucle qui nous a servi à identifier celle qui allait verrouiller l'extrémité libre est démesurée, il suffira de tirer sur la corde qui nous a servi à identifier cette dernière : la cordelette liée au tarp.

Tirer sur la cordelette liée au tarp pour égaliser les boucles


Une drisse à déploiement rapide terminée et fonctionnelle

Pour voir cette réalisation en vidéo, je vous invite à regarder la vidéo suivante "Monter un tarp avec 3 noeuds" tirée de ma chaîne youtube.


Nouer la drisse en vidéo

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour plus d'informations et de trucs et astuces. Vous pouvez également visiter la page Facebook ou ma chaîne Youtube.

Je vous retrouve tous les deux mois dans le magazine SURVIVAL disponible en kiosques et vous invite à précommander l'ouvrage "Nature Aventure Survie : guide pratique du Bushcraft" bientôt disponible.

Bonne journée, bon Bushcraft !

vendredi 21 octobre 2016

Nature Aventure Survie : Le Podcast - Désormais téléchargeable !

Les podcasts c'est sympa à écouter mais c'est quand même beaucoup plus pratique à emporter avec soi...



En balade, en voiture, vous pouvez désormais retrouver le podcast "Nature Aventure Survie" sous format MP3 directement téléchargeable (et toujours gratuit !) en suivant le lien suivant :



Au fil des épisodes, vous pourrez découvrir le monde du Bushcraft, de la Survie et du survivalisme en compagnie d'experts de renommée internationale. Ce travail collaboratif permet d'ouvrir les horizons et de découvrir des domaines variés ou de briser quelques mythes.

Parmi les invités, on pourra retrouver :

  • Luckylode Bushcraft (Bushcraft d'inspiration préhistorique)
  • Frédéric Faudemer (Instructeur de self-défense)
  • Pierre-Elie Gaspin (Artisan coutelier)
  • Laurence Talleux (Spécialiste des plantes sauvages)
  • Jean Luc Rieu (Spécialiste de la préhistoire)
  • Volwest (Survivaliste)
  • Tristan Gooley (Le navigateur naturel)
  • Paul Kirtley (Moniteur de Bushcraft et de survie)



Paul Kirtley, instructeur de Bushcraft britannique connu mondialement fait une petite pub pour le podcast "Nature Aventure Survie"

J'espère que ce travail vous a plu, j'ai bon espoir de réaliser de nouvelles interviews dans l'avenir... Restez connectés via la newsletter ou ma page Facebook !

Bonne écoute, bon Bushcraft !

dimanche 16 octobre 2016

Porte-clé firesteel et paracorde - The Friendly Swede

Depuis des années, je trimbale un couteau suisse Victorinox (modèle Fisherman) sur mon trousseau de clé. La marque Suédoise "The Friendly Swede" vient de me proposer un nouveau gadget à ajouter.


Un porte-clé équipé de paracorde et d'un firesteel.


Vendus par 2, ces firesteels se présentent sous la forme d'un étui métallique. En dévissant un extrémité, on découvre un petit grattoir très bien profilé mais insuffisant pour gratter de l'écorce de bouleau (mais produit de très bonnes étincelles). La forme de l'ensemble rappelle les objets de self-défense appelés "Kubotan".


Vidéo de présentation


La tige de ferrocerium est suffisamment longue pour être utilisée facilement, son diamètre la rendra suffisamment durable.

Un manchon de paracorde vient compléter le kit, on disposera ainsi d'environ 2 mètres.


Kit de survie avec paracorde boostée

The Friendly Swede propose un nouveau kit de survie comprenant de très nombreux objets et surtout, quelques bonnes idées.


On trouvera ainsi :

  • Une couverture de survie
  • De nombreux sachets zip-lock
  • Une boussole
  • Un sifflet de détresse
  • De la paracord un peu spéciale...
Paracorde "boostée" : 7 filins de nylon mais également un fil de cuivre, une ligne de pêche et une cordelette allume-feu ! 

Par contre, comme pour n'importe quel kit de survie, le gros ennui est qu'il faut déjà être familier avec les différents outils fournis. Le firesteel est fin et court, le grattoir fourni sert également de couteau, il faudra donc maîtriser au préalable l'allumage pour espérer les utiliser à bon escient.

VIDEO DE PRESENTATION


Un gros bémol donc pour la scie à main qui a rompu dès la première utilisation ! Quel dommage, ce type de scie "commando" peut donner de bons résultats mais montre très vite ses limites.

Cela permet d'insister sur un point capital : le meilleur kit de survie sera celui que vous aurez confectionné avec des outils que vous connaissez et que vous maîtrisez.

On retrouve donc encore une fois la bonne qualité des produits (sauf la scie) The Friendly Swede, simplicité et robustesse.