samedi 31 janvier 2015

Allumes-feux naturels (bis) et technique de firesteel

Le club Nature, Aventure, Survie a repris son cours normal, les élèves de 6ème 1 ont pu s'essayer à l'allumage de feux au moyen d'amadous naturels.

Les amadous testés peuvent être retrouvés sur l'article précédent et les règles de sécurité sont toujours les mêmes !


Un point sur la technique semble important ! Après de nombreux essais, les élèves ont découvert qu'il était plus facile de créer une première flamme en suivant ce protocole :

1 - Gratter l'écorce de bouleau ou le bois gras avec le grattoir du firesteel jusqu'à obtenir un tas de copeaux de la taille d'une boule de chewing-gum (interdite en classe en classe bien sûr).


2 - À genoux, positionner le firesteel avec la tige au contact du sol, à 45°. Mettre son poids au dessus de l'amadou pour garder le contrôle.


3 - Gratter énergiquement la tige du firesteel avec le côté du grattoir et insister jusqu'à ce qu'une flamme apparaisse.

video

Et oui ! Il ne faut pas se décourager et continuer sans relâche !









Le podium des feux allumés :

1er - Rémi

2ème - Thomas

3ème - Mohamed



Merci encore une fois à Azimut-Nature.com pour les firesteel et la maya dust !




mercredi 28 janvier 2015

Identifier les arbres en hiver

En hiver, les arbres à feuilles caduques se retrouvent tout nus, dommage, le feuillage est pourtant un moyen bien pratique pour identifier les différentes espèces !

Mais pas de panique, pour l'oeil avisé, il existe deux moyens simples de reconnaître les arbres qui se présentent au cours d'une balade :

  • L'écorce : à l'aspect lisse, crevassée, se détachant par morceaux et à la couleur particulière chez chaque espèce.
  • Les branches terminales : à l'extrémité des rameaux, portant des bourgeons et / ou des fruits.

Les écorces
Voici tout d'abord des fiches mémo pour vos balades afin de reconnaître quelques végétaux communs grâce à leur écorce.







Les branches
En ce qui concerne les branchages, voici un document traduit depuis le site britannique naturedetectives.org.uk avec l'aimable autorisation des auteurs.

dimanche 25 janvier 2015

Les allumes-feu naturels

Cette semaine, des élèves de 5ème se sont frottés à l'initiation des feux par le firesteel.

Le firesteel a déjà été utilisé et présenté précédemment :


Au programme, quelques matières naturelles permettant d'obtenir une flamme (parfois improprement appelées "amadou") :

- L'écorce de bouleau : à prélever sur un individu mort sur pied ou tombé au sol.
Un bouleau mort, tombé au sol. Remarquez les nombreux champignons (polypores du bouleau) qui y poussent. Cet arbre est là depuis au moins un an, les polypores se développent de manière parallèle au sol.

- Le bois gras : à recueillir sur un résineux mort de préférence, le bois gras se distingue par sa couleur ambrée, plus foncée que le bois alentour.



- Le roseau massette : la fleur de ce roseau ressemble à un cigare qui renferme un duvet très fin et facilement inflammable. Ce duvet reste au sec tant que le cigare n'est pas brisé.

 la massette (Typha latifolia)
Crédit photo : visoflora.com

- De la "maya dust" (poussière maya) : de fins copeaux de bois gras.
Avec l'aimable contribution de Azimut-Nature.com

Règles de sécurité :
  • S'écarter d'au moins une distance de bras pour ne pas gêner son voisin.
  • Se mettre à genou pour être stable et ne pas risquer d'enflammer une jambe qui traîne.
  • Retrousser ses manches pour éviter de mettre le feu à ses vêtements.
  • Ne pas ajouter n'importe quoi sur la flamme naissante.

Au boulot !


 Bien gratter l'écorce de bouleau pour en faire une fine poudre et activer le firesteel :




Gratter le bois gras pour en faire de fins copeaux :




Félicitations à tous !
Revenez quand vous voulez ;-)



Merci encore une fois à Azimut-Nature.com pour les firesteel et la maya dust !


dimanche 11 janvier 2015

Navigation naturelle

Avec les moyens modernes, se perdre quelque part est, pour la plupart des gens, virtuellement impossible. La puce GPS embarquée dans la plupart des téléphones actuels nous conforte dans une illusion de localisation constante.

Pourtant, sans réseau, dans une forêt dense ou même en ville au milieu des immeubles, on peut vite se retrouver face à un message du genre "aucun signal GPS" et là... Que faire ???

Les méthodes d'orientation sont largement couvertes par la plupart des sites de survie / bushcraft. On peut citer des outils simples comme la carte et la boussole (indispensables pour toute sortie), les appareils GPS de randonnée ou, comme cité plus haut, le smartphone. D'autres méthodes plus obscures subsistent également comme le sextant encore utilisé en navigation maritime.

Mais comment s'orienter, se diriger lorsque tout ces outils (manufacturés) ne sont pas disponibles ? Une promenade ou un footing "léger" sans matériel combiné à un oubli de téléphone, le "worst case scenario" mais surtout le scénario de la plus mauvaise préparation possible !

Heureusement, la nature nous offre quelques indices pour nous y retrouver ! Il faudra cependant garder à l'esprit qu'aucune plante, aucun arbre, aucun indice naturel ne pointera précisément vers un point cardinal, la végétation affectionne le soleil et pas le sud géographique !

Partez en balade armé d'une boussole pour vérifier les différents indices présentés ci-dessous.

ATTENTION : la plupart de ces méthodes sont, bien entendu, approximatives. Pour se faire une idée plus précise de l'orientation réelle, il convient de multiplier les observations pour définir une tendance globale. Aucun indice pris isolément n'est suffisant en tant que tel pour se localiser par rapport aux points cardinaux.

Indices environnementaux

Le soleil

Le soleil est, en réalité, le facteur qui va prédominer sur la plupart des indices présentés ici. Le soleil fournit de l'énergie et de la chaleur aux végétaux. Il réchauffe les animaux et la surface du sol. Il est donc, le paramètre le plus important à maîtriser lorsque l'on en vient à la navigation naturelle.

Le soleil se lève à l'Est et se couche à l'Ouest. Certes, ajoutons juste que sa trajectoire est légèrement plus décalée vers le sud en hiver et vers le nord en été. Cette course Est / Ouest fait qu'en milieu de journée, le soleil est supposé indiquer la direction Sud, la plupart des végétaux privilégient une exposition vers le Sud pour cette même raison.

La méthode de détermination la plus simple fait appel à un simple bâton, elle est largement exposée dans tout livre de survie. On peut également s'aider d'une montre.



La lune
La lune suit la même course Est / Ouest que le soleil.

Le croissant de lune peut également aider à s'orienter approximativement. Dans l'hémisphère Nord, on obtient ainsi la direction Sud (cette méthode est plus efficace lorsque la lune est haute dans le ciel).

Crédit animation : http://www.naturalnavigator.com/

Les étoiles
Peut-être la méthode d'orientation la plus connue. Dans l'hémisphère Nord on prend souvent pour référence l'étoile polaire qui se localise à l'aide de la constellation du grand chariot.

Voici une infographie résumant rapidement des méthodes d'orientation d'après les astres :
Crédit infographie : http://rachelnichollsdesign.blogspot.fr/


La course des nuages
Le vent d'altitude sera très souvent différent du vent ressenti en terme d'orientation. La course des nuages ne fournira pas une indication précise des points cardinaux mais peut aider à conserver sa route. Il peut être intéressant de prendre en compte cette direction au départ d'un trajet. Quelque soit l'endroit où l'on se trouve, même dans une vallée encaissée où le vent ne nous parvient plus, on pourra lever les yeux au ciel et conserver une idée de la direction que l'on doit emprunter grâce à la course des nuages.


Les roches
Un bon indicateur pour les jours nuageux. Il faudra parfois faire appel au sens (très fin) du toucher pour détecter le côté le plus chaud (frappé par les rayons solaires malgré la couverture nuageuse) et le côté le plus froid. Cela requiert tout de même une bonne sensibilité...

La couleur peut également aider dans la mesure où le soleil a un effet "décolorant". Certaines lithologies vont ainsi montrer une coloration plus blanchâtre en face de l'axe "Est/Ouest".
Sous une couverture neigeuse, la face exposée à cette axe sera la première à déneiger.


Indices végétaux

Les arbres
Demandez à n'importe qui de dessiner un arbre. Je vous parie un briquet à silex qu'on vous pondra un arbre parfaitement symétrique, et pourtant ! Je vous parie une sagaie qu'en vous baladant dans la nature, vous serez incapable de trouver un arbre symétrique !
Deux facteurs influencent essentiellement le développement des arbres : le soleil et le vent.

Tout d'abord il convient de distinguer ces deux modes d'influence : l'individu soumis à de forts vents montrera une nette asymétrie, la connaissance des vents dominant de la région fournira une direction approximative (exemple en Bretagne ce type d'arbre présentera un feuillage dominant sur sa partie Est dans la mesure où les vents dominants proviennent de l'Ouest).

Un individu influencé par le vent
Crédit photo : http://gr20-sn.over-blog.com/

L'individu qui n'est pas soumis à l'influence éolienne sera quant à lui, fourni plus harmonieusement en feuilles. Cependant on distinguera un côté plus dense, où les branches seront plus étalées à l'horizontal afin de capter plus efficacement les rayons solaires (face Sud), le côté Nord sera sensiblement plus vertical (les branches tentant de s'affranchir de l'ombre générée par le côté Sud), plus aéré.

Les revirements des branches de ce grand arbre pointent vers le Sud

Cet arbre en bordure gauche de chemin présente davantage de branches sur sa face Sud


Pour ce type d'indice, il convient d'effectuer au minimum 5 observations différentes en choisissant des arbres relativement isolés, ne subissant pas l'ombrage d'autres individus ou de bâtiments.


Les fougères
Les frondes de fougères sont de véritables panneaux solaires, finement ciselés pour accroître au maximum la surface de réception de la lumière. Un plant de fougère verra son développement favorisé par la chaleur et l'énergie solaire, les frondes les plus développées seront donc préférentiellement exposées face à l'axe Est / Ouest (la fronde sera donc penchée et pointera dans une direction proche du Nord).

Cette fougère aigle présente une orientation préférentielle, ses frondes sont exposées vers le Sud-Ouest (côté droit de l'image).

Crédit photo : http://www.jardiplante.fr/

Attention cependant, les fougères affectionnent les environnements mi-ombragés, au pied des arbres, où alternent les zones d'ombres et les zones éclairées. Il faudra donc s'assurer que la canopée n'influence pas le développement des plants que vous observerez.
De plus, il faudra parvenir à tirer une tendance globale d'orientation dans un champ parfois conséquent...
Crédit photo : http://fogeo.free.fr/

La mousse : c'est l'exemple que tout le monde a en tête. Mais alors pourquoi je n'en parle qu'en dernier ? Et bien parce que... Ce n'est pas un indice !
Les mousses affectionnent l'humidité. Bien entendu la face nord d'un arbre sera théoriquement moins éclairée par le soleil et donc moins aride. Cependant la simple influence d'un ruisseau peut modifier l'humidité ambiante quelque soit l'orientation. On trouvera de la mousse généralement au pied d'un arbre car l'humidité du sol s'évapore durant la journée. La mousse peut s'entendre le long du tronc lorsque celui-ci présente une pente faible et / ou une écorce rugueuse (l'écoulement sera moins rapide, les mousses pourront donc absorber plus facilement l'eau de pluie, pour cette raison, il est rare de trouver de la mousse sur un tronc vertical et a fortiori sur un tronc à l'écorce lisse).

Attardez-vous un peu sur les trois arbres des photos ci-dessous


Davantage de mousse côté Sud...


Très peu côté Nord...





Indices animaux

Les fourmillières
Ces tas de copeaux de bois où grouillent ces petits insectes délicieux (oui oui, délicieux, un goût de chips au vinaigre !) fournissent un indice de direction pour le sud. La fourmis vont bâtir leur abri de telle sorte qu'un maximum de surface soit présenté au soleil (l'objectif étant de maximiser la température interne de la colonie, les insectes ne possédant pas de système de régulation de la température corporelle, ils sont dépendant de la chaleur de leur environnement pour survivre).
Une fourmilière sera asymétrique et présentera une pente forte opposée à une pente douce. C'est cette dernière, la pente douce, qui fera face à une direction approximativement sud.



Voici le site de Tristan Gooley, auteur de nombreux ouvrages sur le thème de la navigation naturelle (en Anglais uniquement) : Natural Navigator