mercredi 29 avril 2015

Fabriquer un gazéificateur à bois portable

Petits bricolages "bushcraft", il existe différents types de réchauds fabriqués à partir de boîtes de conserve et autres canettes (buddy stove, ikea stove, etc...).

Voici un petit tutoriel pour réaliser un "wood gasifier stove", en français "gazéificateur à bois portable".

Le gros avantage de cette réalisation est l'excellente combustion des petites brindilles qui l'alimentent, ne laissant derrière elles que des cendres blanches poudreuses et très peu de charbons. La flamme (lorsqu'elle est contrôlée) est très discrète et quasiment aucune fumée n'est émise (car elle est également consumée). Bref, un réchaud facile à fabriquer, discret et efficace (ébullition d'un quart en moins de 5 minutes). À vos outils !


Il vous faudra deux boîtes de conserve de même hauteur mais de diamètre différents. L'une devra être encastré dans l'autre.
Pour la petite boîte : retirez un seul couvercle, laissez l'autre qui servira de fond et sera percé.
Pour la grande boîte : retirez entièrement l'un des deux couvercles, l'autre doit être découpé à la dimension de la petite boîte afin de l'encastrer.



Autour de la petite boîte : marquez puis percez une série de trous proche de chaque extrémité.
Autour de la grande boîte : marquez puis percez une série de trous proche du côté qui vous servira de base.



Percez le fond de la petite boîte d'une multitude de trous.



Encastrez la petite boîte, le fond vers le bas, dans la grande boîte dont les trous doivent être en bas également. Limez les bords de la grande boîte pour faciliter l'insertion sans rendre l'ensemble trop lâche.



Le principe de fonctionnement du gazéificateur est expliqué ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Wood_gas

L'air nécessaire à la combustion est aspiré à l'intérieur de la chambre (entre les deux boîtes) et réchauffé. Il remonte pour venir se mélanger aux gaz de combustion du bois grâce aux trous en haut de la petite boîte (c'est d'ailleurs ici que se forment les flammes). Les autres trous permettent de maintenir la combustion en apportant de l'oxygène.

Pour démarrer la combustion, rien de plus simple : une écorce de bouleau ou un peu de coton enflammé(e) au firesteel sera placé(e) dans le réchaud avant d'y ajouter de très fines brindilles. Petit à petit on pourra augmenter le diamètre des brindilles jusqu'à la taille d'un crayon à papier. L'inconvénient est qu'il faut maintenir la combustion en ajoutant régulièrement du petit bois.

Une combustion bien fournie est visible sur la photo ci-dessous (en encore, ce n'est pas à pleine puissance).


Dans la mesure où l'air nécessaire au processus entre dans le réchaud par le bas, il est préférable de poser l'ensemble sur un socle pour le surélever du sol et maximiser l'apport d'oxygène.

Pour y poser un quart, on peut confectionner un support au moyen d'une boîte de thon découpée pour former un trépied rudimentaire. On peut toujours ajouter des brindilles par les côtés.



video

Une solution de dépannage pour se confectionner une boisson chaude rapidement sans avoir à allumer un vrai feu de bois.

mardi 21 avril 2015

Vidéo compte-rendu du stage de survie Défenses Tactiques

Les 18 et 19 Avril dernier se tenait le premier stage de survie du club Défenses-Tactiques.

C'est dans une ambiance chaleureuse, pleine de bonne humeur et dans le respect de notre mère nature que les stagiaires ont pu s'initier aux bases de la survie et du Bushcraft.

Au programme : le feu, l'eau, les abris, les plantes utiles et comestibles...

Voici une petite vidéo réalisée par Frédéric Faudemer pour conserver ces moments inoubliables !


À très bientôt pour de nouvelles aventures !

vendredi 10 avril 2015

Comparaison des traitements de l'eau

Rendre une eau potable est capitale pour la survie, il existe 3 grandes méthodes préconisées par les guides de survie :
La filtration
L'ébullition
La distillation

Nous avons déjà testé l'efficacité toute relative du filtre de survie (voir l'article).



Aujourd'hui nous comparons l'ébullition et la distillation.

On commence par "salir" de l'eau en y ajoutant de l'encre de stylo.


On porte à ébullition pendant 20 minutes... Hormis les bulles et la vapeur, la couleur de l'eau ne change pas. L'ébullition est indiquée pour tuer les bactéries, virus et champignons mais ne permet pas de purifier l'eau des molécules organiques, des métaux lourds et d'autres solutés qui s'y trouvent.


La distillation demande une plus grande préparation mais on constate, à la sortie du réfrigérant, que l'eau y est limpide.



L'évaporation dans la colonne n'a pas mobilisé les solutés qui sont alors restés dans le ballon d'ébullition. La distillation semble être la méthode la plus efficace mais attention, l'eau distillée ne contient pas de sels minéraux (indispensables au bon fonctionnement de l'organisme) et il faudrait alors rajouter une pincée de sel avant de boire le distillat.


Il ne reste plus qu'à imaginer la façon dont nous pourrions bâtir un distillateur sur le terrain, avec les moyens du bord.
À votre santé !